Main Area

Octave Mirbeau

Le Roi de l’Automobile.

Cette sensation, tout à fait nouvelle, que de fois j’en goûtai la force et le charme, au cours de ce voyage exquis, où je retrouve constamment mon admiration et, je puis le dire, ma reconnaissance, pour cette maison roulante idéale, cet instrument docile et précis de pénétration qu’est l’automobile, et surtout — puisqu’il faut bien finir par tout ramener à soi — l’automobile créée par vous, cher monsieur Charron, pour mes curiosités et mes vagabondes rêveries…C’est pour cela que j’aime mon autom...

La Porte de l’Enfer d’Auguste Rodin.

On sait que le futur Musée des arts décoratifs doit être construit sur les ruines incendiées de la Cour des Comptes, s’il plaît à Dieu et surtout au hasard des loteries ; c’est-à-dire si les frais généraux et même particuliers, inséparables de la mise en œuvre de toute loterie qui se respecte, laissent les quelques sous nécessaires à l’achat des pierres de taille et à la pose des charpentes. Pourtant, bien que l’architecte n’ait pas encore remis ses plans et devis, la partie spécialement artisti...

Vincent van Gogh, l’apôtre, l’artiste.

À l’Exposition des Indépendants, parmi quelques tentatives heureuses et, surtout, parmi beaucoup de banalités, et plus encore de fumisterie, éclatent les toiles du regretté Van Gogh. Et devant elles, et devant ce crêpe noir qui les endeuille et qui les désigne à la foule indifférente des passants, l’on se prend d’une grande tristesse à penser que ce peintre si magnifiquement doué, que ce si frissonnant, si instinctif, si visionnaire artiste, n’est plus. La perte en est cruelle, autrement plus do...

À l’école, les hommes d’État !

M. Octave Mirbeau, qui passe pour un philosophe de l’anarchie, maudit les bombes, dans le Journal, et constate qu’elles ne peuvent aboutir qu’à déchaîner la réaction. Pour la même raison, M. de Cassagnac les bénit, dans un accès d’effusion lyrique, ne trouvant pas, semble-t-il, le recul de l’opinion trop chèrement payé du sang répandu.

Eugène Delacroix.

J’ai fait une remarque assez piquante, je crois, et qui ne manque pas d’intérêt. Le catalogue des œuvres de Delacroix exposées aux Beaux-Arts contient, au-dessous du numéro et de la désignation de chaque tableau, le nom de la personne à qui le tableau appartient. Je n’y vois que des noms bourgeois et pas un seul nom aristocratique. Ainsi, dans les galeries « des grands seigneurs français », on ne pourrait admirer un seul Delacroix, une seule œuvre, si peu importante qu’elle fût, du plus grand et...

Journal d'une femme de chambre, Benoît Jacquot (2015)

Tiré du roman d’Octave Mirbeau, l’histoire d’une jeune femme entrant au service de notables. Satire des mœurs de la société bourgeoise : une maîtresse de maison hautaine et puritaine, un mari frustré et fétichiste séduit par la ravissante domestique.

2017-2018. Herald.fr