Main Area

Louis Veuillot

Victor Hugo et Napoléon III.

M. Granier de Cassagnac publie des Souvenirs du Second Empire pleins de probité et d’intérêt. Il a l’esprit commode, mais la mémoire implacable, ce qui compense parfaitement la bénignité de l’humeur historique. C’est un homme du bon vieux temps où la presse n’était pas encore sauvage, et où le terrain politique comptait beaucoup d’adversaires qui pouvaient s’estimer. Lui-même, homme d’estoc signalé, n’a pas manqué d’amis parmi ceux qui le craignaient fort, et en a aimé plus d’un qu’il trouvait r...

Les Prussiens à Paris.

Donc, à l’heure qu’il est les Prussiens sont dans Paris. Ils passent sous l’Arc de Triomphe. Ils descendent l’avenue des Champs-Élysées, ils traversent la place de la Révolution, où ils rencontrent les statues de Strasbourg et de Metz ; ils passent sous l’ombre de l’obélisque, – cet obélisque qui a vu Moïse ! Ils longent le jardin des Tuileries ; les voici devant la Colonne, les voici devant l’Hôtel de Ville, les voici partout. Rien ne bouge. Suivant la barbarie du rite antique, le vainqueur a v...

Les docteurs à brevet.

La médecine tient une grande place dans les sociétés incrédules. Plus l’homme s’éloigne des vérités chrétiennes, plus il s’attache à la vie. Qu’il se croie réservé au néant, que la pensée d’une autre vie vienne quelquefois le tourmenter, vivre longtemps est son affaire principale ; car sa nature a horreur du néant, et sa conscience a peur de l’éternité. Il craint la maladie, non seulement parce qu’elle est la privation des jouissances, seul bonheur auquel il sache aspirer, non seulement parce qu...

2017-2018. Herald.fr